L’argile, remède oublié

Cicatrisante, anti-inflammatoire, bactéricide, antiseptique, purifiant intestinal, reminéralisante, détoxifiante, drainante, vermifuge, désodorisante, immunostimulante (renforcement des défenses immunitaires)…

Telles sont quelques unes des propriétés de l’argile… l’un de ces vieux remèdes oubliés mais qui revient aujourd’hui au goût du jour (vous remarquerez combien dans la plupart des domaines, c’est un perpétuel recommencement !).

Remède oublié au même titre que le charbon actif par exemple, mais un remède chéri par les naturopathes et adeptes de solutions naturelles.

Les animaux l’ont bien compris. Lorsque vous voyez certains animaux sauvages (ou non) s’enduire d’argile, ce n’est sans doute pas uniquement par jeu (parfois pour certains c’est aussi une façon de se protéger de certains parasites). Ils l’utilisent aussi assez spontanément en interne.

Un usage ancestral

Pour la minute géologie, l’argile est constituée de silicates et de silicate d’aluminium, organisés en feuillets. Entre ces feuillets, sont contenus des minéraux. Plus une argile sera riche en minéraux , plus elle aura tendance à happer l’eau environnante pour se réhydrater. L’argile acquiert alors une consistance pâteuse, plastique et collante. C’est l’un des matériaux les plus anciens utilisé par l’Homme. Ce dans différents domaines : architecture, poterie, céramique… Mais l’argile est aussi utilisée de longue date pour ses propriétés médicinales. C’est justement sa richesse en minéraux et oligoéléments qui en fait un outil aussi intéressant dans des domaines aussi variés.

 

buffalo-335715_1920

Non pas une mais des argiles

Il n’existe pas une, mais des argiles. Chacune d’entre elles, selon sa composition et sa concentration en minéraux, aura une structure et des propriétés différentes. Parmi les plus connues :

  • L’argile verte (le plus souvent Montmorillonite, ou encore illite ou smectite), qui est sans doute la plus connue et la plus utilisée. C’est en effet la plus polyvalente mais aussi la plus active, car elle présente une forte concentration en silice et en minéraux (dont oxydes de magnésium, de fer, de manganèse, d’aluminium…).
  • L’argile blanche (kaolinite le plus souvent), qui est la plus douce. Elle a une grande efficacité sur le système digestif, nous le verrons plus bas.
  • L’argile rose, qui n’existe pas à l’état naturel mais est en fait un mélange d’argile blanche et d’argile rouge. Elle est très utilisée en cosmétique, notamment pour les peaux sensibles, sujettes aux rougeurs.
  • De même pour l’argile jaune (illite), moins répandue, riche en oxyde de fer et magnésie.
  • Et enfin l’argile rouge (en général illite), qui est la plus riche en oxyde de fer, d’où sa couleur. Elle a un usage également en cosmétique, ou thérapeutique par voie externe, mais ne doit jamais être utilisée par voie interne.

Des formes variées

L’argile existe aussi sous différentes formes ou granulométries, que l’on choisira en fonction des usages :

  • concassée (la plus grossière : ce sont des morceaux de 1 à 2 cm). C’est la forme la moins chère et elle sera privilégiée lorsque des quantités plus importantes sont nécessaires (cataplasmes par exemple). Il est nécessaire de piler un peu les morceaux avant de les réhydrater.
  • granulée (morceaux de 1/2 cm environ).
  • fine : elle est adaptée aux cataplasmes, compresses.
  • la surfine (dite ventilée) est la plus adaptée pour un usage par voie interne, pour les masques cosmétiques ou capillaires
  • l’argile ultra-ventilée (granulométrie la plus fine) est destinée aux usages plus délicats (brossage des dents par exemple, de façon à ne pas trop agresser l’émail, ou bains de bouche, ou soins des peaux très fragiles).
  • On trouve également des bandes d’argile : elles doivent être trempées dans l’eau pour être utilisées en cataplasmes sur les zones à traiter.

Absorbante et adsorbante

L’argile possède deux grandes propriétés. Elle est à la fois :

  • Absorbante : elle capte l’eau selon un phénomène passif, comme une éponge s’imbibant de liquide.
  • Et aDsorbante : elle va fixer des molécules à sa surface. Je ne rentrerai pas dans le détail des modes de liaisons (ionique, électrostatique, via les tensions superficielles…) mais le fait est que l’argile va être en mesure d’adsorber des toxines, bactéries ou virus, des molécules de différents types (médicaments…), les gaz..
  • De fait, elle va être intéressante à la fois dans un objectif de :
    • désintoxication (elle va permettre de fixer et retenir les toxiques qui seront éliminés)
    • revitalisation car elle apporte beaucoup de minéraux et oligo-éléments.

Les recommandations d’usage :

  • opter pour une argile de qualité : vérifier qu’elle soit bien pure, sans additifs (mention 100% naturelle), plutôt séchée au soleil et non au four (ce point-ci est malheureusement rarement indiqué).
  • l’argile est toujours à usage UNIQUE. On ne la réutilise pas. Elle a après usage fixé certaines toxines, elle doit donc être jetée.
  •  pas de contact de l’argile avec du métal. On la prépare dans un récipient en verre ou en terre, à l’aide d’un ustensile en bois.
  • elle doit être préparée de préférence avec de l’eau de source et non de l’eau du robinet.
  • pour les applications où elle doit être chaude de préférence, elle doit être chauffée au bain-marie à moins de 40 degrés.
  • lorsque vous nettoyez le récipient dans lequel l’argile a été préparée, attention à ne pas jeter les restes d’argile dans les canalisations, vous risqueriez de les boucher !

drought-1149686_1920

Comment l’utiliser

(je n’aborderai pas ici les visées cosmétiques ou d’hygiène bucco-dentaire).

Par voie externe, en cataplasmes : 

  • sur les petites plaies, cicatrices, en cataplasmes, l’argile facilitera la cicatrisation.
  • Sur les piqures, on aura tout d’abord une sensation d’apaisement avant que l’inflammation ne reflambe. Il faut donc changer le cataplasme rapidement.
  • Sur les oedèmes (entorse par exemple), l’argile va favoriser le dégonflement et la diminution de la réaction inflammatoire.
  • Pour les douleurs d’arthrose, douleurs articulaires : le cataplasme doit être long. L’argile doit dans ce cas être tiède ou un peu chaude, le froid n’étant pas favorable dans ce genre de douleurs
  • Pour les douleurs musculaires.

Le cataplasme ne devant jamais sécher, s’il doit être maintenu pendant un moment, on prendra soin de l’enfermer dans un bandage humide (certains mettent du film plastique mais sachant que l’argile piège tout ce qui passe, elle ne va sans doute pas rester inerte vis à vis du plastique !

En pratique : si l’on part de concassé, on recouvre les concassés d’eau (légèrement au-dessus du niveau d’argile) et on laisse l’argile se réhydrater sans brasser. Au bout d’une heure, l’argile est prêt à l’emploi.
Si on part de poudre ou granulés, suivre le mode de préparation indiqué par le fabricant.

En usage interne :

  • pour soulager une hypersécrétion gastrique, inflammation de l’estomac ou de l’intestin : l’argile va réduire l’inflammation et aider à réparer la muqueuse (c’est d’ailleurs le principe de certains pansements gastro-intestinaux)
  • pour un effet détoxifiant (la cure se fait alors sur 21 jours)
  • pour un effet vermifuge
  • pour calmer une diarrhée (c’est le principe du Smecta par exemple) (attention à ne pas tomber dans l’effet inverse avec une constipation sévère !)

Attention, toujours boire en quantité pendant une cure d’argile de façon à éviter tout ralentissement (non voulu) du transit. Les toxines piégées par l’argile doivent aussi pouvoir être évacuées quotidiennement.

En pratique : on commencera de préférence par l’argile blanche, la plus douce. 1 cuiller à café d’argile surfine ou ventilée dans un verre d’eau à préparer la veille au soir. On touille avec un ustensile en bois (pas de cuiller en métal) et on laisse reposer toute la nuit.
Le lendemain matin à jeun et à distance du petit-déjeuner (ne pas prendre le petit déjeuner juste après), on boit :

  • durant la 1ère semaine : uniquement l’eau d’argile sans re-mélanger le tout (le dépot reste au fond).
  • la semaine suivante, sauf si vous constatez certains désagréments ou que le transit est trop ralenti, on re-mélange avant de boire une partie du lait d’argile
  • la dernière semaine de la cure, il est possible de boire tout le lait d’argile.

Les précautions d’emploi lors de la prise par voie interne :

  • Attention à ne pas prendre l’argile à proximité d’un traitement médicamenteux. Les feuillets d’argile fixent les principes actifs, empêchant leur absorption digestive et leur action pharmacologique (respecter 2 h de délai avant ou après).
  • Si un traitement médicamenteux doit être pris le matin à jeun, dans ce cas prendre l’argile le soir.
  • Pas d’usage en interne chez les personnes ayant des antécédents d’occlusion intestinale (l’argile est susceptible de ralentir le transit) ou une constipation chronique sévère.
  • Pas de consommation en même temps que de l’huile ou des matières grasses (vous feriez juste un beau bouchon dans votre tractus digestif !!!)
  • Pas d’usage chez les personnes souffrant d’hypertension
  • Ni chez les femmes enceintes ou allaitantes.

Il est à noter que vous ne trouverez nul part une argile indiquée comme étant adaptée à un usage par voie orale. Toutes les argiles ne conviennent pas à ce mode d’utilisation en raison de la richesse de certaines en plomb.
Certains puristes considèrent par ailleurs que certaines argiles commerciales ne sont pas suffisamment qualitatives car ayant été séchées au four, perdant ainsi certaines de leurs qualités. Certains vont jusqu’à recommander de collecter soi-même de l’argile dans le sol. Personnellement je ne recommanderais pas cette solution. Pour la simple et bonne raison que comme on l’a vu, l’argile piège de nombreuses molécules, dont potentiellement les polluants (métaux lourds, dioxines…), et que vous ignorez ce qu’il y a eu sur ce sol durant les dernières décennies voire au-delà.

Et pour vos animaux à 4 pattes ? l’eau argileuse permet de remplacer naturellement les vermifuges (on diminuera la dose de moitié par rapport à l’humain : ½ cuiller à café pour un verre d’eau de source, on ne change pas l’argile tous les jours et on remet de l’eau, sans remuer).

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :