Comment bien traverser les fêtes

Ca y est… Noël est imminent 😉

Les fêtes de fin d’année, notamment Noël, peuvent être stressantes, pour de multiples raisons. Stressantes pour la personne qui reçoit chez elle pour le(s) repas de Noël, car de multiples choses à gérer et à préparer le jour même (et les jours qui précèdent) (un bisou à ma sœur aînée qui organise sans faillir depuis… pfiou, des années et bien plus encore ? le réveillon de Noël chez elle, rassemblant la famille proche sur 4 générations, et se plie toujours en 4 pour essayer de faire plaisir à tout le monde). Stressantes car des personnes qui n’ont pas trop d’affinités ou des sujets de conversation conflictuels sont mises en présence, et que malgré les bonnes résolutions, il est parfois difficile de se dire que l’on va passer un bon moment (cette année, au hasard, certains sujets politiques ne manqueront pas de semer la discorde 😛 ). Stressantes car vous avez prévu de faire un marathon de la famille sur quelques jours : parents le 24 au soir, beaux-parents le 25, puis dans les jours qui suivent les grands-parents peut-être, ou autres personnes de la famille ou amis. Ou à l’inverse stressantes car certaines personnes chères manquent à l’appel…

Sans compter que ceci va souvent de pair avec des repas plus riches, plus copieux, et peut-être aussi plus arrosés que d’habitude.

christiann-koepke-1224562-unsplash-1.jpg

Alors comment traverser au mieux cette période de fin d’année sans avoir envie de ne plus rien avaler ensuite pendant… une semaine, le temps de se jeter sur la galette des rois ? 😉

Tout d’abord et avant tout, passer ces fêtes et ces agapes sans culpabilité. Depuis tout ce temps, vous devez bien savoir qu’un équilibre alimentaire ne se fait pas sur un repas, ni même une journée, mais plutôt sur la semaine, voire davantage. Donc profitez des mets que vous pourrez déguster. Vous compenserez dans les jours qui suivent par une alimentation qui mettra au repos votre système digestif. Profitez également du moment présent, des personnes avec qui vous êtes et des moments partagés.

Côté alimentaire : 

Ne pas jeûner ou sauter de repas avant le dîner du réveillon ou le repas festif qui vous attend. Vous risqueriez d’arriver affamé et de vous jeter sur les toasts et autres bouchées à l’apéritif. En revanche, si vous enchaînez le réveillon du 24 et le déjeuner du 25, vous pourrez fort aisément vous passer de petit-déjeuner.

Certains préconisent de faire une cure de détox courant décembre (lire cet autre article parlant de la détox à outrance). Certes le foie sera peut-être plus à même de gérer ces excès, mais le système digestif mis excessivement au repos pendant tout le mois de décembre va devenir un peu paresseux et les excès seront tout autant difficiles à gérer. Sans compter que décembre n’est physiologiquement pas une bonne période pour une détox. Une telle cure demande de l’énergie ; or, en décembre, il est très fréquent d’être fatigué, voire très fatigué.  Une détox sera plus appropriée aux périodes de transition comme le printemps ou l’automne.

De même, on conseille souvent de manger une collation avant le repas prévu. Je reste dubitative. Ce conseil ne serait pas inintéressant si l’on écoutait sa satiété. Or, dans le cadre de ce genre de repas, la gourmandise ou l’envie de faire plaisir aux hôtes prend bien souvent le pas sur la satiété elle-même. De fait, la collation n’aura pas grand intérêt.

Soyez raisonnable sur les portions. Vous vous doutez bien que plusieurs plats vont se succéder. Et quand bien même vous arriveriez à la fin du repas non repu, vous profiterez d’autant plus du dessert !

Dans une même logique, ne pas se resservir. D’autant plus si vous souhaitez faire honneur à la plupart des plats.

Néanmoins, vous n’êtes pas obligés de manger de tout ! Si vous n’aimez pas ou que modérément certains plats, ne vous forcez pas à vous servir de chacun d’entre eux. En n’ayant plus faim, vous n’apprécierez aucunement ce que vous mangez (n’avez-vous jamais fait l’expérience d’apprécier bien plus un même plat le lendemain car vous n’étiez pas à satiété ?) (en ce qui me concerne, mangeant peu de choses à l’apéritif, n’aimant pas le foie gras ni les fruits de mer, j’attends avec impatience le plat de résistance alors que tout le monde cale déjà depuis l’entrée).

Ecouter ses sensations, si vous n’avez plus faim, arrêtez-vous de manger.

Si vous buvez de l’alcool, essayez de limiter les quantités et les mélanges (un vin sec sera aussi préférable à un vin liquoreux par exemple, plus sucré).

Concernant le fait de boire de l’eau au cours du repas, c’est un peu ambivalent. Boire de l’eau va amener un sentiment de satiété, mais va aussi diluer vos sucs gastriques, ce qui peut rendre la digestion difficile. En revanche, si vous avez plus bu que mangé, il est clair qu’il est important de boire de l’eau en quantité suffisante car l’alcool entraîne une déshydratation.

Si les repas ont lieu le midi, essayez de motiver quelques personnes à sortir prendre l’air et aller se promener avec vous ! La balade sera à la fois digestive et tonifiante si vous êtes à la campagne !

evelin-horvath-493686-unsplash

Et dans les jours qui suivent ?

Après ces repas festifs, on met son système digestif au repos dans la mesure du possible :

  • Si l’on est chez soi, on fait la part belle aux légumes et aux soupes. On réduit voire supprime les protéines animales (viande, poisson, produits laitiers) pendant quelques jours.
  • Il est aussi possible de réaliser pendant une journée ou deux une mono-diète (de préférence de légumes cuits et crus, ou de riz. Je ne suis pas fan de la mono-diète de fruits, je vous expliquais ici pourquoi).
  • Sans forcément se tourner vers des compléments alimentaires, manger des aliments qui vont avoir un effet dépuratif sur le foie et la vésicule biliaire : artichauts, salade de radis noir…
  • Prendre des tisanes digestives : cardamome, anis, fenouil, thym, romarin… ou des mélanges déjà prêts (j’achète régulièrement à ma mère la tisane Digestion de Yogi tea).
  • Boire beaucoup d’eau peu minéralisée (eau de source) dans les jours qui suivent de façon à éliminer les déchets.

Si vraiment les excès ont été importants et avez du mal à digérer, vous pouvez disposer une bouillotte chaude sur le foie (flanc droit), ce qui va faciliter son travail.

Et le fameux mythe du jus de citron à jeun alors ? Et bien le jus de citron à jeun, c’est bien, mais pas pour tout le monde ! 😉 Tout dépend de sa constitution. Certains le toléreront bien et cela facilitera la digestion et aura un effet détoxifiant, alors que pour d’autres ce sera juste une catastrophe !

On profite de cette fin d’année et de quelques jours off peut-être pour DORMIR ! (j’ai réalisé que sans être spécialement fatiguée, mon rythme naturel de sommeil est passé de 7 heures en été à plus de 8 heures ces derniers temps ! C’est naturel et normal, la luminosité est moindre, notre glande pinéale est moins stimulée et notre rythme de veille-sommeil est modifié).

Concernant l’activité physique, respectez vos envies et vos besoins. Si vous êtes un sportif régulier, sachez vous accorder une pause, et ne culpabilisez pas si vous êtes restés 48 heures sans activité physique ! A l’inverse, si vous ressentez le besoin de bouger et d’aller vous défouler, n’hésitez pas à le faire, sans se dire que l’on va attendre les bonnes résolutions de la nouvelle année ! 😉

Passez de jolies fêtes ! 🙂

snowman-1882635_1920

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :