« Médecines alternatives : Attention aux dérives » (Envoyé Spécial)

Hier soir a été diffusé dans l’émission Envoyé Spécial sur France 2 un volet dédié à ce sujet. J’ai regardé ce reportage avec un peu d’appréhension, ayant vu le teaser déjà très orienté. On se doutait que l’avis ne serait pas très positif. ​Au final, plus de peur que de mal, car ce reportage a juste été une caricature de praticiens les plus douteux parmi certaines pratiques elles-mêmes douteuses.

C’est assez drôle d’ailleurs car les commentaires de la vidéo Teaser de ce reportage sur la chaine Youtube d’Envoyé Spécial sont désactivés (contrairement aux autres vidéos de la chaine). 😉

Avant de rentrer dans le vif du sujet, pour rappel, la Naturopathie n’est pas (surtout pas) une médecine alternative. Il s’agit d’une médecine complémentaire, reconnue comme médecine traditionnelle par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) depuis 1970, comme je l’expliquais dans cet article (cliquez sur le lien). Elle n’a aucune vocation à se substituer à l’allopathie, le terme alternatif est donc inapproprié. ​

​En ce qui concerne les autres approches évoquées dans le reportage, on a pris beaucoup de choses diverses que l’on a mises ensemble dans un panier en secouant bien fort ! ​(On a parfois plus frôlé la désinformation que l’information !).

Mais comme l’a dit ce monsieur en introduction du reportage « Dans tous les domaines il y a des charlatans ! Ca n’est pas à vous que je vais le dire madame Lucet ! » (hein madame Lucet ! (bon ceci dit j’aime beaucoup ce que vous faites et les premières émissions de Cash investigation avaient vraiment été top, on retrouvait du véritable journalisme d’investigation. Depuis, les émissions ont pris une tournure plus sensationnaliste (ben oui, cela fait de l’audimat !)). Il y a aussi des charlatans chez les médecins (il y en a des bons et des moins bons. Ca ne vous est jamais arrivé de tomber sur le médecin qui vous conseille des antibiotiques alors que vous avez un rhume viral sans surinfection ? Il a pourtant fait 6 ans d’études au minimum ? Je suis moi-même tombée sur une dentiste qui m’a dévitalisée une dent saine (je l’ai longtemps maudite).

Je suis d’accord également avec cette autre dame interrogée dans la rue qui évoque le fait que les personnes qui ont des problèmes de santé graves sont d’autant plus vulnérables. Ce car elles recherchent parfois une solution de dernier recours. Tout comme certaines personnes en détresse émotionnelle ou psychologique seront peut-être plus encline à aller voir une « voyante » ou un « medium ». Le désespoir ôte parfois toute capacité de recul.

En revanche, mettre l’aromathérapie, à savoir l’usage des huiles essentielles, qui sont des outils très (très) puissants, aujourd’hui utilisés dans certains services hospitaliers lorsque les antibiotiques sont devenus inefficaces, dans le même panier que d’autres méthodes beaucoup plus douteuses, c’est vraiment faire preuve de mauvaise foi ! (L’aromathérapie a juste été citée en introduction sans que l’on y revienne ensuite).

« Il n’existe ni inspection, ni régulation de la part de l’Etat » est-il dit dans le reportage. Ah si si, en l’occurrence depuis un peu plus d’un an, des contrôles chez les naturopathes sont réalisés par la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes). Je vois cela personnellement d’un très bon œil, car cela va permettre de réguler les pratiques.

(tous les passages en italique sont des extraits directs du reportage)

« Certaines de ces méthodes n’hésitent pas à copier les codes de la médecine conventionnelle pour se crédibiliser :

  • « Diplômes » : bon alors d’une part, le plus souvent quand tu passes un examen, tu as droit à un diplôme hein, que ce soit ton brevet des collèges (ça existe encore ??), ton baptême de plongée, ou que sais-je encore. Et ce n’est pas propre à la médecine. En l’occurrence en Naturopathie, on n’obtient pas un diplôme mais un certificat, ne s’agissant pas d’un diplôme reconnu d’Etat. Personne n’est floué donc (d’ailleurs le mien traîne au fond d’une boite, comme ceux de mon cursus scolaire). Je devrais peut-être l’encadrer 😛
  • « Fédération » : Petit rappel de la définition d’une fédération, pour les journalistes de France 2 « Regroupement de plusieurs sociétés, syndicats, associations… » Depuis quand là aussi est-ce propre au milieu médical ? Tu as la FFTT, la Fédération Française de Tennis de Table, la Fédération Forge Fonderie qui regroupe les syndicats professionnels forges fonderies, La FFAP la fédération Française des Associations Philatéliques ! donc oui nous autres naturopathes, nous avons la FENA (à noter d’ailleurs que toutes les écoles de naturopathie ne sont pas affiliées à la FENA. Comme je l’indiquais dans cet article, toutes les écoles affiliées s’engagent à un niveau d’enseignement d’au moins 1200 heures en présentiel, avec un contenu rigoureux (anatomie, physiologie, biologie… cours dispensés dans mon école par un médecin, une biologiste, et une pharmacienne).
  • « Etudes en apparence scientifique » : ah ah, je ne sais pas pour les autres domaines, ni pour les autres cursus de naturopathie hors affiliation FENA, mais je peux vous garantir que l’on en a mangé de l’anatomie et de la physiologie (et heureusement !). Ceci dit, quand on voit certains cursus de naturopathie en ligne avec un nombre d’heures ridiculement réduit, on se demande vraiment comment un enseignement sérieux peut-être dispensé. J’en reviens donc encore à cet article où j’expliquais les principes de base à appliquer pour ne pas se tromper en choisissant un naturopathe.

Fin de l’introduction, le reportage débute avec la méthode Access Bars, ça commence bien 😛 Je n’avais jamais entendu parler de cette pratique ; je l’ai découverte il y a un ou deux ans sur un salon. J’ai testé une séance pour me faire un avis et dois avouer que je n’ai pas du tout été convaincue. Comme à mon habitude j’avais posé beaucoup de questions, tant à la personne qui avait pratiqué la séance qu’au formateur présent sur le stand, et toutes les réponses que j’ai obtenues ne m’ont pas du tout convaincue. Une « formation » en 24 heures, le système m’avait presque été présenté comme pyramidal… La découverte par la suite des dessous du système a fini de me refroidir. Cette méthode (méthode Access Consciousness) a été fondée par un américain,  Gary Douglas (monsieur qui au passage serait proche de l’église de Scientologie. Bon ceci dit, vous empêchez-vous d’aller voir les films de Tom Cruise ? 😉 ). J’aurais tendance à dire que cette méthode repose juste sur de l’auto-conviction (« c’est comme la baguette magique d’Harry Potter » a dit elle-même la formatrice dans le reportage ! 😉  Néanmoins, tout le monde n’est pas aussi sceptique qu’Envoyé Spécial, pour preuve cet article sur le site Top Santé.

En bref, je ne pense pas que cette méthode vaille la peine que l’on s’y attarde.

Il est également évoqué le Reiki, technique énergétique. Je reste à vrai dire sans réel avis tranché sur cette pratique. J’ai déjà testé sur moi-même. Je n’ai rien ressenti (aaaah ce scepticisme !). Je sais que plusieurs camarades de promo se sont formés à cette pratique (formation plus longue qu’Access Bars, il y a plusieurs niveaux à passer). Une personne dans notre promotion était même maitre Reiki (enseignant donc). Je distinguerais cette pratique du magnétisme car si mes souvenirs sont bons, on ne transmet pas ici sa propre énergie à la personne à qui on prodigue le soin (dans le sens non thérapeutique, comme on parle de soin esthétique) mais on fait canal avec.. l’énergie cosmique. Bon voilà. Je n’irai pas plus loin dans les explications tout simplement car je n’en ai pas. Si cela marche sur certaines personnes, c’est tant mieux. Sur moi, je n’ai pas l’impression d’en avoir retiré quelque chose.

A propos du Magnétisme : « pour qui croit en la puissance de champs magnétiques » dit la journaliste (j’ai failli mettre des guillemets à journaliste mais ce serait désobligeant). La dame a dû sauter quelques cours de physique au lycée tout de même. Car oui, nous sommes entourés de champs magnétiques.

Concernant la pratique du magnétisme elle-même /les magnétiseurs, j’ai longtemps été interrogative. A l’ISUPNAT, on nous a souvent répété que nous avions tous en nous du magnétisme (sur ce principe, nous serions tous à même de pratiquer). Mais je ne suis pas certaine que chacun puisse le pratiquer « efficacement ». Je me rappelle dans mon enfance d’une personne venue de temps à autre à la maison (dans les campagnes on parlait de « rebouteux »), mais cette personne semblait avoir un réel « don », et c’était la seule à 30 km à la ronde. D’ailleurs c’est la seule chose qui a soulagé ma sœur qui avait des douleurs terribles en raison d’une hernie discale. Mon scepticisme est tombé un peu plus lorsqu’il y a quelques années la sœur de mon tendre a dû être soignée pour un cancer. La totale : chimiothérapie lourde, radiothérapie (dont l’un des effets secondaires est de fortes brûlures de la peau). Un jour ma belle-mère m’annonce qu’elle a pris contact avec un magnétiseur, un « coupeur de feu », qui (en plus !) agissait à distance. J’ai pensé « la belle arnaque ». Et au final, et bien… Cela a fonctionné. Les brûlures se sont très rapidement calmées. On ne pourra pas invoquer un effet placebo car ma belle-sœur n’était pas au courant de la démarche (et à souligner que ce monsieur avait procédé gratuitement sans demander de rémunération). J’en ai été bluffée. Alors oui, parfois certaines choses dépassent notre entendement et le rationnel, mais parfois cela fonctionne. Comment, je ne sais pas, mais ce que j’ai appris est que parfois il faut accepter de ne pas comprendre ! (même si c’est dur pour moi !) 😛 A noter que certains services d’oncologie ouvrent désormais leurs portes à des coupeurs de feu, car ils permettent d’apporter de réels bénéfices (s’ils sont bons dans leur pratique bien entendu).

Et on en vient à la naturopathie avec … aaah. Casasnovas (ou le plus controversé des naturopathes). S’il a peut-être aujourd’hui un discours plus mesuré, il a sorti par le passé un bon nombre de jolies pépites tout de même. S’il prétend dans certaines de ses vidéos guérir, il franchit juste les limites.  « Buvez des jus, des juuuus » (seuls ceux qui ont vu le dernier spectacle de Kyan Khojandi comprendront 😛  Bah oui, Thierry vend aussi des extracteurs, ce serait dommage de se priver de cette opportunité. Buvez du jus de coco et mangez de la coco, bah oui Thierry vend des cocos.

Ceci dit, tout ce qui a été dit autour de la naturopathie n’est pas à mettre de côté :

  • Oui notre alimentation est en mesure de stimuler notre système immunitaire, ne serait-ce que via certaines vitamines (C, D…) indispensables à son bon fonctionnement. Ou bon nombre de micro-nutriments. Et oui, l’alimentation est à la base de tout. Toutes les maladies de civilisation, diabète, maladies cardiovasculaires et autres en sont la preuve.
  • Les bains froids : quand Casasnovas les conseille cela parait farfelu. Mais quand c’est Cymes qui parle des vertus du froid dans son émission « Les pouvoirs extraordinaires du corps humain »  il y a 10 jours, ça passe crème ! 😉
  • Concernant le fait de conseiller l’arrêt des médicaments, devant les caméras, Thierry Casasnovas dit à juste titre que ce n’est pas son job, qu’il n’a pas les compétences pour cela. ​Un naturopathe ne doit effectivement pas vous conseiller d’arrêter un traitement allopathique, comme je l’expliquais dans cet article. Le naturopathe n’établit pas non plus de diagnostic (réservé aux médecins). « On ne va pas arrêter les médicaments, on va faire en sorte qu’à un moment tu n’en aies plus besoin ». Si les conseils d’hygiène de vie permettent effectivement une amélioration des troubles, l’arrêt des médicaments se fera si cela est légitime avec l’accord de votre médecin traitant.

Prenons le cas de ma sœur (une autre, pas la même) (oui j’en ai trois) qui a pris des IPP pendant des années pour des brûlures d’estomac et des reflux. A partir du moment où elle a modifié son alimentation et évité ce qui était inadapté, petit à petit les choses se sont améliorées et elle a pu progressivement se passer des médicaments.

Dans un registre plus grave, à l’occasion d’un long échange hier avec une jeune femme qui souhaitait avoir des informations concernant une reconversion en naturopathie, celle-ci me demandait si j’avais déjà eu en consultation une personne atteinte d’un cancer par exemple et souhaitant se tourner vers des méthodes naturelles en refusant les traitements allopathiques. Ma réponse a été non, et que si c’était le cas je pense que je refuserais d’accompagner cette personne. Même si j’ai pourtant rédigé mon mémoire sur l’accompagnement naturopathique des personnes en traitement anti-cancéreux. OUI à la naturopathie pour soulager des effets secondaires des traitements ou potentialiser leur effet, mais NON la naturopathie n’est PAS une médecine ALTERNATIVE. Je refuserais car le risque est trop grand pour la personne, et c’est une responsabilité trop importante que je ne souhaiterais pas prendre en tant que thérapeute (sans compter le risque d’être condamné pour pratique illégale de la médecine).

Bon au final on aura peu parlé dans ce reportage de la naturopathie de façon très constructive.

Et le reportage se termine sur un charlatan condamné à 2 ans de prison ferme et 30.000 euros d’amende pour “publicité mensongère” (je ne le connaissais pas, mais ne citerai pas son nom, inutile de mettre en avant ce genre de pratiques).

Quant au fait que Pôle Emploi finance certaines de ces formations (ce n’est pas le cas de la naturopathie !), là c’est plus l’Etat qu’il faut interroger ! Quant à la personne responsable d’une formation d’hypnose, qui explique clairement comment elle floue l’Etat en faisant financer ses formations en jouant sur les mots et les dénominations, Envoyé Spécial semble avoir pris la personne la plus malhonnête et véreuse du domaine pour représenter toute l’hypnose, c’est là encore très réducteur et du parti pris. Mais des comportements malhonnêtes et frauduleux, il y en a malheureusement dans tous les domaines. (à relire cet article sur l’hypnose, qui fonctionne très bien sur bon nombre de personnes. Pour rappel, cette technique est aujourd’hui utilisée dans certains blocs opératoires pour éviter l’anesthésie au patient. Il ne s’agit donc pas de remettre en cause la pratique elle-même.

Comme le conclut Bruno Falissard, Médecin psychiatre à la fin du reportage : « Là on est dans le pur charlatanisme. Vous avez pris des cas extrêmes et il y a des gens sérieux. Là on est dans l’escroquerie ». « Certaines de ces disciplines sont sérieuses, d’autres pas, et même au sein d’une discipline, on ne sait pas comment ont été formés les professionnels » tout est dit. Il ne faut pas jeter bébé avec l’eau du bain, et la formation est capitale.

« Il faut que l’Etat investisse un peu pour évaluer toutes ses pratiques » Je suis entièrement d’accord. Sans que ce soit une chasse aux sorcières simplement car le corps médical sent que les choses lui échappent (les personnes sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers ces approches complémentaires). J’ai même reçu moi-même récemment en consultation une médecin, un kiné, plusieurs infirmières, signe que chacun a quelque chose de différent à apporter.

« Les gens délaissent la médecine occidentale classique, il faut s’interroger pourquoi ». Là encore je suis tout à fait d’accord. Parfois c’est par déception des circuits médicaux classiques. Je repense à ce mail reçu il y a quelques jours d’une jeune femme vue en première consultation il y a un peu plus d’un mois. Celle-ci avait de très gros troubles digestifs depuis… 10 ans. Les différents médecins et spécialistes consultés ne lui avaient pas permis d’améliorer les choses. Je me permets de reprendre ici ses termes dans son message « Mes diarrhées se comptent sur les doigts d’une main sur un mois, alors qu’avant c’était tous les jours et plusieurs fois par jour. J’arrive parfois à suivre à la lettre vos indications, parfois un peu moins, mais globalement je revis ! » Que dire face à cela ? (bon moi ça me met en joie, et me conforte dans mes choix !) (et tout cela grâce en premier lieu avec des conseils alimentaires et de gestion du stress ! Aspects qui sont très peu ou pas pris en considération par la médecine allopathique.

« Plus qu’un problème de confiance (en la médecine traditionnelle), c’est un problème d’écoute. Et un problème de compréhension de l’autre ». Combien de fois ai-je entendu en fin de consultation « Cela fait du bien d’être entendu » « Merci de m’avoir écouté ». A la décharge des médecins, ils n’ont pas le temps. Là où l’on accorde au moins 1h30 (pour une première consultation de naturopathie), un médecin va pouvoir en accorder 10.

Elise Lucet conclut en demandant si la médecine traditionnelle doit s’inspirer de ces autres approches. En tous les cas, il serait bien plus intelligent de travailler de concert, dans une médecine intégrative, où chacun à son rôle à jouer.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :